LE TALMUD STEINSALTZ - EDITION DRAHI - TRAITE BABA METSIA 1

Talmud avec traduction assistée selon le Rav Adin Steinsaltz, traité Baba Metsia première partie, éditions Biblieurope

* Nouvelle édition ponctuée et vocalisée

* correspondance de chaque mot du Talmud en caractère gras 

* études et lois tirées de l'enseignement de l'auteur et autres

* illustrations couleurs

* 456 pages

55,92 €
Référence:
TSDRAHIBM1
Description

Baba Metsi'a (littéralement : "la Porte du milieu") est la seconde partie d'un ancien et long triptyque, le traité des Dommages, qui expose les règles talmudiques du Droit civil.

Baba Metsi‘a, comme les deux autres « portes », est ordonné autour d’un sujet principal : les relations d’affaires, définies, délimitées et modelées par la loi biblique, lui-même entrecoupé suivant la dynamique habituelle de la discussion talmudique, de digressions de toutes sortes. Le traité ne se réfère pas à l’ensemble des relations commerciales et des règles d’acquisition. Il s’attache aux transactions soumises aux lois de la Tora et se trouve ainsi à l’intersection des législations pécuniaires et rituelles. On y trouve les règles relatives aux objets trouvés et aux différentes catégories de gardiens ; à l’obligation d’aider au chargement et au déchargement d’un animal ; à l’interdiction de causer du tort par la parole ou par des actes malhonnêtes, d’ajourner le paiement du salaire d’un employé et de garder un gage de première nécessité ; la prohibition des prêts à intérêt ; à l’autorisation accordée à l’ouvrier agricole de consommer les fruits qu’il cueille…

Dans un certain sens, Baba Metsi‘a met en relief l’un des aspects particuliers de l’ensemble de la Tora. La loi civile, les négociations entre marchands, ne sont pas fondées sur le libre choix des parties ou des conventions sociales arbitraires donnant satisfaction à la majorité. La Tora n’établit pas de différence essentielle entre les devoirs envers l’Eternel et les obligations vis-à-vis de son prochain, car les relations humaines sont intimement liées à notre rapport à Dieu. Les deux domaines sont imbriqués l’un dans l’autre – voir par exemple, les sections Michpatim (Exode, chapitres 21–23), Kedochim (Lévitique, chapitre 19), Ki Tetsé (Deutéronome, chapitres 21–25). Les rites sacrificiels ont des incidences dans les affaires pécuniaires ; des règles de morale alternent avec les lois de la pureté… Certes, les relations commerciales et sociales sont régies par les grands principes moraux (interdiction de voler et de causer du tort). Cependant, de nombreuses prescriptions touchant au domaine pécuniaire semblent arbitraires (‘houkim) et fixent des règles de conduite non dictées par la nécessité d’assurer l’ordre public mais qui plongent leurs racines dans les fondements de la vie religieuse. Ainsi, la bienfaisance n’est pas un devoir à accomplir par bonté d’âme ; c’est une partie intégrante du Droit civil établi par la Tora. La Loi elle-même demande d’agir au delà de la stricte justice.

Détails du produit
TSDRAHIBM1
16 autres produits dans la même catégorie :

Menu

Paramètres

Partager